Ugo Rondinone, La nuit de plomb
Museo de Arte Contempaneo, Leon (Espagne)
11.07.2009 - 10.01.2010


































Précédent Suivant
Expositions à venir et en cours

Archives 2009

Traduction du communiqué de presse


Le Musée d'art contemporain de Castille & León présente une monographie de Ugo Rondinone. Le commissariat de l'exposition La Nuit de Plomb est assuré par Agustun Pérez Rublo. L'exposition se déploie sur 2500 m², la moitié de l'espace habituellement alloué aux expositions temporaires. Ugo Rondinone utilise un large éventail de registres, condensés pendant son expérience de 20 ans. En résulte une expérience artistique complexe et mélancolique, un monde décalé qui reflète la fascination de Rondinone pour les rituels, les rêves, la poésie et le quotidien de la condition humaine.


La Nuit de Plomb

Le projet d'Ugo Rondinone puise ses sources dans la littérature, la musique folk et la poésie. Ici, son titre est issu de celui du livre de l'écrivain expressionniste Hans Henny Jahn, Die Nacht aus Blei (1956). La nouvelle suit le parcours d'une personne anonyme qui marche lors d'une nuit d'hiver dans une ville inconnue et rencontre des jeunes d'une vingtaine d'années, en train de mourir. Le plus vieux guide le plus jeune à travers l'obscurité, et au matin, ce dernier meurt aussi. La nouvelle traite de l'identité et de la réflexion sur soi-même, à travers la manière dont le couvert de la nuit stimule l'honnêteté et la catharsis, et comment la vie du narrateur est toujours à la merci de sa propre narration.


Tout comme dans cette nouvelle, Ugo Rondinone utilise ses installations monumentales - produites spécifiquement pour le MUSAC - pour présenter un voyage introspectif à travers un paysage de rêve, une expérience onirique et émotionnelle. L'exposition est partagée en cinq parties, évoquant l'idée d'une nuit dense, lourde, sans repos, à travers un réseau de salles où des événements franchissent les frontières entre état de rêve et réalité, dans un environnement asymétrique de symboles, de paramètres, de métaphores, de manipulation du temps et de l'espace. Les cinq espaces fonctionnent ensemble, en synchronisation, non de manière sérielle, mais plutôt comme un même chemin guidé par des symboles et des voix.


Comme dans les rêves, les symboles et les métaphores en jeu mènent à la condensation, la libre association et des résonances communes. Avec l'aide du commissaire de l'exposition, Rondinone a associé de nouvelles productions avec des travaux antérieurs dans l'espace du musée. Un choc : de grands ensembles sculpturaux installés à proximité de petites pièces, de grandes toiles à côté de plaquettes, la relation entre banalité et sublime. Des espaces se chargent d'émotion par l'installation de vidéos et de readymade. Plus de cinquante oeuvres, dans toute leur diversité expressive, attirent le spectateur dans le monde poétique de l'artiste.


Cela commence avec un ensemble de six oliviers de 2.000 ans et une énorme sculpture ressemblant à une ampoule. Le spectateur / participant n'a d'autre choix que celui d'appeler son imaginaire à la rescousse. Pus qu'une réalité tangible, cette simulation de paysage (immobile) évoque des voyages passés, rassemble des souvenirs ou des méditations sur le temps et la nature.


La visite mène ensuite dans une pièce où l'on découvre quatorze grandes peintures autour de la sculpture If There Anywhere But Desert, Tuesday 2002. Un double de l'artiste, un clown qui a perdu toute sa puissance sémantique - n'assumant plus son rôle, il est flétri et terrassé par l'immensité de l'horizon étoilé qu'il voit au-dessus de sa tête ou a déjà vécu.


Le visiteur pénètre ensuite dans un espace où sont installés les Scholar Rocks, cinq oeuvres ressemblant à des rochers, agrégats de béton et de pierre. Ces sculptures de grande taille constituent un souvenir des formations rocheuses spécifiques à la région en Chine de Lake Tai, dont l'artiste a collecté des éléments qui l'entourent dans sa vie quotidienne. Ces sculptures sont accompagnées de miniatures sur plâtre. Chacune dépeint un thème "sans substance" sur leur face avant (des peintures réalisées dans les rues de New York) et un collage sur leur face arrière (composé de coupures de presse du New York Times). Dans cette oeuvre, Ugo Rondinone évoque les thèmes universels qui l'obsèdent : l'obsession du temps, le fardeau de l'existence, l'ironie de la nature et la propre détermination de l'artiste à trouver un point de rencontre sa souffrance et le traumatisme universel. Pour ce faire, il sélectionne une collection d'éléments imprégnés de symbolisme. Ce faisant, il lance un clin d'oeil ironique à la conception humaine triviale du temps et celle, programmée depuis bien longtemps, de son environnement.





























Exposition du 11 juillet 2009 au 10 janvier 2010. Museo de Arte Contemporaneo de Castilla Y León, Avda, de los Reyes Leoneses, 24 - 24008 León (Espagne). Tél.: +34 (0)9 87 09 00 00. Ouverture du mardi au vendredi de 10h à 15h et de 17h à 20h, samedi et dimanche de 11h à 15h et de 17h à 21h.









Ugo Rondinone, La nuit de plomb, Museo de Arte Contempaneo, Leon

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

English

Les deux dernières pièces présentées sont la sculpture Still, Life (La cheminée de John) et l'installation vidéo Il est tard... La première appartient à la série Still, Life (Encore, la vie) des fontes de bronze emplies de plomb de l'artiste. Cette oeuvre spécifique constitue une réplique de la cheminée du poète John Giorno dans son appartement de New York. La visite de l'exposition s'achève avec la vidéo Il est tard... Cette installation vidéo se compose de six projections en noir et blanc inondées d'une lumière bleue provenant du plafond. Il s'agit là de la seule oeuvre de l'exposition présentant l'individu à travers les gestes ordinaires d'un homme et d'une femme, douze séquences en boucle accompagnées des mots constamment répétés "chaque jour le soleil brille", qui renforce le caractère ennuyeux et insipide des actions décrites. Dans ces ambiances dominées par leur aspect physique, la mémoire émotionnelle de la rupture de l'action, le projet d'Ugo Rondinone au MUSAC arrive à son terme. A travers l'exposition, le visiteur est transporté dans diverses situations, l'obligeant à une méditation et à un examen de la réalité depuis son expérience personnelle.