Triennale d’art contemporain Echigo-Tsumari 2009
Région de Niigita (Japon)

26.07 - 13.09.2009

































Précédent Suivant
Expositions à venir et en cours

Archives 2009

Traduction du communiqué de presse


La Triennale d'Echigo-Tsumari (ETAT) se tient au Japon dans une région subissant des problèmes de dépopulation et d'inactivité. La manifestation a débuté il y a environ 10 ans grâce à l'initiative de son commissaire, Fram Kitagawa. Celui-ci a exploré les atouts de ce territoire négligé en y intégrant des oeuvres artistiques, dans le but d'une revitalisation par une nouvelle attraction pouvant toucher le monde entier.


Environ 350 oeuvres sont installées sur un territoire d'environ 760 km² par des artistes en provenance de 38 pays, bien que les artistes japonais y soient les plus présents. Elles sont à découvrir partout, dans les villes, dans les rizières, les maisons abandonnées et les écoles fermées. 200 d'entre elles datent des éditions précédentes. Elles sont le fruit d'une collaboration et d'échanges entre les artistes et la population locale de tous âges.


La majorité des travaux est réalisée in situ, en relation avec son environnement, aussi bien intérieur qu'extérieur. Nombre d'entre elles portent des noms faisant référence aux éléments naturels (terre, feu, eau, forêt, etc.). Depuis ses quatre éditions, celle-ci incluse, la Triennale a permis de sauver ou de restaurer cinquante maisons de bois abandonnées. Les artistes s'investissent également dans d'autres créations, plus sociales et relationnelles : jardin pour enfants, aire de pique-nique, etc.

L'introduction sous forme d'Haiku en est très significative : "Faites un pélerinage à travers le paysage du sayotama, guidés par l'art. Retrouvant les étapes des humains qui ont vécu avec la Terre. Dans un voyage pour construire notre futur." (Le sayatoma est le mot utilisé pour qualifier le paysage rural traditionnel japonais).

La Triennale, unique en son genre, suscite de nouvelles initiatives, dont la Biennale Estuaire de Nantes - Saint-Nazaire citée dans les archives d'ArtCatalyse (2007 et 2009) constitue un bel exemple dans sa recherche de valorisation des espaces vacants ou abandonnés de la région.

 

Quelques exemples d'installations d'artistes en intérieur et en extérieur :

page 2 - page 3





























Manifestation du 26 juillet au 13 septembre 2009. Région de Niigita (Japon)
Echigo-Tsumari Art Triennial Tokyo Secretariat c/o Art Front Gallery, Hillside Terrace A, 29-18 Sarugaku-cho, Shibuya-ku, Tokyo 150-0033. Tél.: +81 (0)3 3476 4360. Fax+81 (0)3 3476 4874 .








Triennale d’art contemporain Echigo-Tsumari 2009 Région de Niigita (Japon)

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Antony Gormley, Another singularity, 2009 (ci-contre)


Avec ses murs disparus, le cadre de la maison est laissé vide. Des trajectoires sont dessinées avec des câbles d'acier pour s'étirer entre ses piliers et ses poutres. En regardant bien, on peut distinguer l'intérieur d'un corps humain. Cette pièce est unique dans son expression des origines de l'univers.



Christian Boltanski + Jean Kalman, La dernière classe, 2006-2009 (ci-dessous)


L'artiste a réalisé une installation permanente de son installation de 2006, "L'absence d'êtres humains", qui emplit entièrement l'espace d'une école fermée. Cette fois, Boltanski a ajouté ses archives. Lors de leur passage, les battements de coeur des visiteurs sont enregistrés comme un élément du projet global de l'artiste programmé pour le Festival international d'art de Setouchi qui aura lieu en 2010.


Antony Gormley, Another singularity, 2009 Christian Boltanski + Jean Kalman, La dernière classe, 2006-2009

Claude Lévêque, Dans le silence ou dans les bruits, 2009 (ci-contre)

Claude Lévêque représente la France en 2009 à la Biennale de Venise. Ici, dans une maison abandonnée des montagnes, il a utilisé des objets laissés sur place, de la lumière et des effets sonores pour créer une installation qui inspire une mémoire collective.












Harushi Takahashi, Landscape creeper, 2009 (ci-dessous)

Des fleurs de céramique représentant des camélias de neige sont installées sous forme de guirlande emplissant la pièce. Chaque fleur est peinte avec une scène rappelant un habitant de proximité. La vigueur de la céramique représente la nature de la vie de l'homme et de la nature.


Claude Lévêque, Dans le silence ou dans les bruits, 2009 Harushi Takahashi, Landscape creeper, 2009