Native Land, Stop Eject
Kunsthal Charlottenborg, Copenhague (Danemark)
05.12.2009 - 21.02.2010






Précédent Suivant

English


Communiqué de presse


Créée par la Fondation Cartier pour l'art contemporain, l'exposition Native Land, Stop Eject explore la notion actuelle de sédentarité et de nomadisme, à une époque où les flux migratoires humains atteignent une échelle sans précédent. La COP15, conférence internationale sur le changement climatique organisée par les Nations Unies, qui a lieu à Copenhague à partir du 7 décembre 2009, se porte témoin de ce moment crucial dans l'histoire, où l'environnement conditionne l'action et le devenir des hommes, ainsi que les lieux où ils vivent.


NATIVE LAND, Stop Eject propose dans ce contexte une réflexion sur les notions d'enracinement et de déracinement et sur les questions identitaires dans deux oeuvres créées spécifiquement pour l'exposition. Le cinéaste Raymond Depardon donne la parole à ceux qui souhaitent rester sur leurs terres mais sont menacés d'exil. Le philosophe Paul Virilio, en collaboration avec les artistes et architectes Diller Scofidio + Renfro, Mark Hansen, Laura Kurgan et Ben Rubin, explore les défis des nouvelles conditions du déplacement actuel des populations tributaire de facteurs environnementaux, politiques et économiques.


Hear them speak, souvent traduit par "Donner la parole", mais dont la transcription directe est plus forte : "Ecoutez-les parler", est un film réalisé en 2008 par Raymond Depardon avec son ingénieur du son, Claudine Nougaret. Il interroge les nomades, les fermiers, les îliens et les populations indigènes, tous menacés d'extinction ou vivant en marge de la mondialisation. Entre parole et écoute, il enregistre leurs récits dans leur langue maternelle : Kawésquar, Mapuche, Afar, Quechua, Chipaya, Breton, Occitan, Yanomami, Guarani. Bien qu'encore pratiquées aujourd'hui, toutes les langues entendues dans le film - projeté sur grand écran pour accorder une égale importance au son et à l'image - sont menacées, symbole des menaces planant sur leur identité. "Je suis née dans ma langue", dit une femme, évoquant sa colère, sa peine et ses craintes.


Exit, l'installation inédite de Diller Scofidio + Renfro, Mark Hansen, Laura Kurgan et Ben Rubin matérialise grâce à une cartographie dynamique les concepts développés par Paul Virilio sur les trajectoires humaines à travers le globe. Dans une projection circulaire immersive, elle présente six cartes dynamiques produites par une base de données fournie par des organisations internationales. Y sont principalement évoqués les thèmes suivants : mouvements démographiques urbains ; envois d'argent aux personnes restées sur place ; réfugiés politiques et migrations forcées ; catastrophes naturelles ; disparition de villes à cause de la montée des océans ; langues en danger ; déforestation. Virilio nourrit ces cartes avec une vidéo d'accompagnement exprimant sa nostalgie sur la "grandeur du monde, à son échelle" face à la disparition de l'espace géographique, une idée au coeur de son oeuvre depuis des décennies.


Commissaire de l'exposition : Hervé Chandès, directeur général de la Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris




Expositions à venir et en cours

Archives 2009

Native Land, Stop Eject, Kunsthal Charlottenborg, Copenhague

Exposition du 5 décembre 2009 au 21 février 2010. Kunsthal Charlottenborg, Nyhavn 2 - 1051 Copenhague (Danemark). Tél.: +45 33 13 40 22. Ouverture tous les jours sauf le lundi de 12h à 21h (pendant la durée du sommet de la COP15).






© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés