Erwan et Ronan Bouroullec, Etapes

Grand-Hornu, Hornu (Belgique)

08.03 - 31.05.2009











































Précédent Suivant
Expositions à venir et en cours

Archives 2009

Communiqué de presse


Après La Villa Noailles à Hyères l’été 2008 et l’ELAC à Lausanne, l’exposition monographique « Etapes » consacrée au travail de Ronan et Erwan Bouroullec s’arrête au Grand-Hornu à partir du 08 mars 2009. Ils ont choisi, pour nommer ce regard sur leur travail, le titre Etapes. Titre pluriel au sens multiple indiquant la volonté de montrer un processus qui, de l’inspiration à la fabrication, organise le travail toujours évolutif du designer.


Etape aussi que cette exposition où ils montrent pour la première fois une part jusque-là peu révélée de leur démarche : des dessins. Non seulement ceux des projets, mais aussi ceux qui les relient fondamentalement à leur raison d’être aux choses, à savoir construire peu à peu un paysage domestique, le leur… Ce moment les a engagés dans un dispositif d’exposition et la réalisation d’un ouvrage édité à l’occasion de cette exposition et intitulé « Objets, Dessins, Maquettes », dont on imagine qu’il est bien une étape dans leur travail.





































Erwan et Ronan Bouroullec, Etapes, Grand-Hornu

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés


Exposition du 8 mars au 31 mai 2009. Grand-Hornu Images, rue Sainte-Louise 82 - 7301 Hornu (Belgique). Tel.: +32 (0) 65 65 21 21. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h.



La référence aux choses

Le fait est intéressant. Les deux designers n’aiment pas citer maîtres ou influences. C’est une question qu’ils éludent. On en a, en tout cas, l’impression. Ils le reconnaissent. Le ton et les commentaires sont sans concessions pour leurs aînés français ou leurs contemporains. Etre comparés les dérange. Or dans les images, il y a sans cesse des allusions (qui peuvent rencontrer celle de l’échelle) à des aînés, les plus grands. Deux exemples parmi les plus évidents : la pipe du Corbusier ou celle de Jeanneret – l’une ou l’autre selon les occasions, dixit Charlotte Perriand -, vient se poser sur la collection des Assemblages. L’oiseau qui illustre les piètements Eiffel Tower des Eames est venu par réminiscence, se poser sur le fauteuil Worknest et tenir une algue dans son bec. Les influences et les références sont donc là, qui se situent du côté de la modernité, la plus ambitieuse (Le Corbusier) et la plus pragmatique (les Eames).

Concernant ces derniers, on sent que les deux frères designers portent une grande attention à la façon dont le couple nord-américain avait organisé la communication et la transmission de sa démarche. L’attrait de Charles pour les images et la réalisation des films inspire ou trace la voie au travail sur les images effectué par le duo. Des aînés,influences et exemples, les frères Bouroullec en reconnaissent donc sans problème, mais sans jamais s’en réclamer.


La nature des choses

Le monde des Bouroullec a toujours paru assez proche du végétal ou du minéral… La nature, sa contemplation, les phénomènes, et le temps nécessaire à les comprendre, semblent jouer un rôle important. A la vision des dessins montrés dans l’exposition cette sensation est confirmée, elle est souveraine, elle plane, elle surplombe et définit une bulle d’isolement.