Edith Dekyndt, Les Ondes de Love
Mac’s, Hornu (Belgique)

15.11.2009 - 24.01.2010










Précédent Suivant


Communiqué de presse


Artiste reconnue internationalement, Edith Dekyndt vit et travaille à Tournai et Strasbourg. Après des études en communication visuelle, elle entre dans l'atelier "Images imprimées" de l'Ecole des Beaux arts de Mons. Davantage préoccupée par les procédés chimiques et physiques liés aux techniques d'impression plutôt qu'à la gravure en elle-même, elle dévoile déjà sa démarche future où le processus prime sur la forme finie.


Une bourse obtenue en 1987 lui permet de partir en Italie pour faire des recherches sur Piero Della Francesca dont elle apprécie le travail sur la géométrie et la lumière, éléments qui joueront un rôle essentiel dans ses propres oeuvres. A la fin des années 1980, elle crée principalement des environnements où les objets entrent en relation directe avec l'espace.


Cela la conduit à collaborer avec des architectes tel Olivier Bastin qui, en 1995, l'invite à travailler pendant plusieurs mois à l'Atelier "L'Escaut" à Bruxelles, lieu qu'elle transforme en un véritable laboratoire d'expériences. Son travail prend alors une nouvelle orientation, celle de l'intrusion d'objets quotidiens soumis à l'écoulement inexorable du temps (bloc de fourrure d'où coule du lait gelé, encre noire diffusée dans la chair de poisson, etc.). Ces matériaux subissent des transformations en fonction de leur nature mais aussi en fonction de l'espace, l'artiste mettant l'accent sur le processus plutôt que sur le résultat. Car rien n'est jamais vraiment fini dans les expériences d'Edith Dekyndt. Son art se situe ainsi à la limite entre la science et le quotidien. En 1999, elle crée le collectif "Universal Research of Subjectivity", laboratoire d'investigation où sont élaborés des concepts appelés à être concrétisés ou voués à rester en l'état.


Ces dernières années, elle utilise le médium vidéo mais ne se considère pourtant pas comme une vidéaste et utilise aussi la photographie, l'installation d'objets, les environnements et le son comme moyens pour saisir l'impalpable, l'invisible ou l'éphémère. Elle donne l'inventaire de ces choses qui sont à la limite du visible ou même invisibles : poussière, humidité, ondes, particules magnétiques, électricité statique, etc.







Expositions à venir et en cours

Archives 2009

Edith Dekyndt, Les Ondes de Love, Mac’s, Hornu

Exposition du 15 novembre 2009 au 24 janvier 2010. Mac's, Site du Grand Hornu, rue Sainte Louise, 82 - 7301 Hornu (Belgique). Tél.: +32 (0)65 65 21 21. Ouverture du mardi au dimanche sauf le 25 décembre 2009 et le 1er janvier 2010, de 10h à 18h.










© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Avec ses oeuvres, elle attire notre attention sur des éléments que nous regardons sans voir ; tout l'oeuvre d'Edith Dekyndt est fonction du regard et de la perception. Les matériaux sont relativement pauvres et les moyens technologiques mis en oeuvre volontairement modestes. Dans le cas de la vidéo, elle n'intervient pas a posteriori sur l'image filmée. Néanmoins, ces oeuvres évoquent des univers sophistiqués, illusoires, presque de science-fiction.


Edith Dekyndt passe aujourd'hui pour l'une des artistes les plus reconnue de la Communauté belge française comme en atteste l'acquisition de trois de ses oeuvres par le MOMA de New York. Après avoir présenté quelques oeuvres dans les expositions "Le Tableau des éléments" (2005) et "Le Soigneur de gravité (2008), le Mac's lui consacre maintenant une exposition monographique qui, en même temps qu'elle retrace son parcours, est aussi l'occasion de réaliser une oeuvre inédite produite par le Mac's et réalisée en collaboration avec l'Université de Mons.


Le titre de l'exposition, Les Ondes de Love, fait référence au mathématicien anglais Augustus Hough Love (1863-1940), qui développa un modèle mathématique autour des ondes de surface appelées "Ondes de Love".


Sensible aux phénomènes physiques, Edith Dekyndt, en s'intéressant aux forces telluriques et aux énergies souterraines, trouve ici une étonnante adéquation entre sa démarche et l'activité industrielle de l'ancien charbonnage du Grand-Hornu.