Benny Dröscher, Supposons maintenant que nous sommes en train de rêver
The Agency Contemporary, Londres (RU) - 14.10 - 14.11.2009


















Précédent Suivant

English

Traduction du communiqué de presse


The Agency est heureuse de présenter de nouvelles peintures et sculptures de l'artiste danois Benny Dröscher. Ses nouvelles toiles poursuivent ses jeux passés avec l'abstraction et le surréalisme. Le travail juxtapose surface et profondeur, du graphisme et une signature authentique dans un espace zéro gravité.


L'apesanteur est un enjeu important pour Benny Dröscher, sculpteur devenu peintre. Ses sculptures, apparemment solides, se révèlent être des étais, des trous dans du tissu ou de la mousse rainurée. Les toiles de Dröscher se révèlent physiquement plus lourdes que ses sculptures où pourtant le chromatisme choisi et l'agencement des motifs sont globalement destinés à suggérer l'apesanteur, le flottement et le chaos. Cette suggestion fonctionne en dépit du fait que les tableaux sont organisés selon les lois classiques de la perspective centrale.


A première vue, les oeuvres de Dröscher paraissent d'une beauté sans âge, au second regard elles deviennent plus difficiles à lire. Elles sont composées de codes, comme chez Twombly, d'évocations pastorales et de symboles, comme dans la pratique zen. La question n'est pas de savoir si les symboles peuvent être interprétés ou quelle est leur destination, car ils sont présentés dans un moment de désagrégation. Ce qui peut paraître négatif devient positif chez Dröscher, le point de perte du sens consistant en une libération du dessin du souffle de l'être littéral, littéraire ou pictural. Le centre de l'oeuvre est généralement un vide qui peut être interprété comme un point de transparence ou une ouverture.













Expositions à venir et en cours

Archives 2009

Benny Dröscher, The Agency Contemporary, Londres

Exposition du 14 octobre au 14 novembre 2009. The Agency Contemporary, 66 Evelyn Street - London SE8 5DD (Royaume Uni). Tél.: +44 (20) 86 92 07 34.
















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Benny Droscher, Let Us Suppose, Then, That we Are Dreaming (2), acrylique sur toile, 150 x 100 cm, 2009

Benny Dröscher, Let Us Suppose, Then, That we Are Dreaming (2), acrylique sur toile, 150 x 100 cm, 2009


On pourrait dire que les peintures de Droscher sont "inversées" : plutôt que de diffuser de la lumière vers l'extérieur, elles l'aspirent de l'intérieur, ce qui les fait rayonner à leur tour. Pour expliquer ce rayonnement, la marque occasionnelle de signes illisibles jointe à un souvenir de représentation, mais aussi une rature ou une tache, attirent le regard.




L'abstraction moderniste, ou même expressionniste, aurait pu devoir choisir entre gravité et apesanteur, alors que l'abstraction contemporaine peut être tout à la fois figurative, vide, décentrée et physiquement liée à la gravité. La modification de perception pourrait être attribuée à l'arrivée des animations en 3D ou de la culture du jeu informatique. Il semble que les toiles de Dröscher constituent une abstraction du regard à l'âge de la représentation digitale. L’artiste s’intéresse, en dehors de ses représentations de la « nature », aux mondes parallèles, aux OVNI et à la physique quantique, au rêve et au mystère. Ses oeuvres, qu'il s'agisse de peintures, de sculptures ou d'installations, posent des questions plus qu'elles n'apportent des réponses, mais, malgré leurs titres, il ne s'agit nullement de propositions philosophiques mais plutôt de contradictions physiques faisant émerger une poésie de la perception.

Benny Dröscher, It Has Been Ages Since I Felt Like This, cloth, foam, tree, 220 x 80 x 50 cm, 2008


Benny Droscher, It Has Been Ages Since I Felt Like This, cloth, foam, tree, 220 x 80 x 50 cm, 2008